Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Georges David, médecin humaniste du XXème siècle, nous a quitté

Déc 31, 2018 | Actualités CECOS

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès du Professeur Georges David le samedi 22 décembre 2018 dans la soirée à l’âge de 95 ans.

Georges David avait eu le souhait initial d’exercer la médecine générale, prenant comme modèle le médecin de famille qu’il avait connu durant son enfance. Il imaginait dès le départ un exercice de la médecine sans rétribution. Il commença, cependant, sa carrière professionnelle dans le service de gynécologie-obstétrique du Professeur Lacomme à l’hôpital Saint-Antoine. Il s’intéressa plus spécifiquement à la transfusion sanguine et à la prise en charge des incompatibilités fœto-maternelles en mettant en œuvre les exsanguino-transfusions et proposa une approche innovante pour les formes les plus sévères appelées l’anasarque foeto-placentaire, sauvant ainsi la vie de nombreux nouveaux nés. Cela lui valut une reconnaissance internationale dans le domaine de l’hématologie. Après avoir été médecin transfuseur en néonatologie, il devint médecin réanimateur en chirurgie infantile et proposa la procédure de refroidissement corporel ou « hibernation » pour répondre aux interventions chirurgicales complexes chez des enfants très fragilisés.

C’est seulement à partir des années soixante, dans le cadre de sa nouvelle discipline l’histologie-embryologie, qu’il s’intéressera à la prise en charge de l’infertilité masculine en développant à la fois le diagnostic et la recherche dans ce domaine. Il est à l’origine de la création d’une classification morphologique des spermatozoïdes utilisée depuis au niveau national et international. Très rapidement confronté aux limites de la prise en charge des situations d’infertilité masculine, il se rendit compte que des couples avaient recours à des inséminations artificielles avec des spermatozoïdes provenant d’hommes qui les vendaient dans des circuits clandestins sans respect de règles de sécurité sanitaire. Cette prise en charge était particulièrement onéreuse pour ces couples et les mettaient très souvent en difficulté financière. Fort de l’expérience acquise dans la transfusion sanguine, il eut l’idée d’introduire les techniques de congélation pour conserver les spermatozoïdes et ainsi dissocier l’acte du don et l’acte de son utilisation permettant ainsi une nouvelle approche du don de gamètes en mettant en place des banques de spermatozoïdes. L’inscription de cette nouvelle modalité du don, dans le bénévolat et la notion de don anonyme d’un couple à un autre couple inscrite, dès le début permettait de sortir le don de sa clandestinité et par là même d’assurer une reconnaissance du donneur. Parallèlement une meilleure information et reconnaissance des questions de stérilité assuraient un début de reconnaissance sociale et motivaient certains couples féconds à porter assistance, de par leur don, aux couples stériles.  Ce changement conceptuel du don s’accompagnât d’un changement organisationnel qui grâce au savoir-faire de Georges David fut accepté et autorisé par Simone Veil, alors ministre de la Santé, à la condition que  les trois grands principes proposés par Georges David,  volontariat, gratuité et anonymat, soient respectés. Ces principes éthiques étaient accompagnés dès l’origine de principes scientifiques : la recherche sur les causes de la stérilité et l’évaluation des pratiques. Ainsi, En 1973, Georges David crée le premier CECOS à l’hôpital du Kremlin Bicêtre, d’autres CECOS naitront dans les différentes régions de France et en 1981, sera créée la fédération française des CECOS qui comporte, en 2018, 29 CECOS en France métropolitaine et départements d’Outre-Mer. En parallèle du don de spermatozoïdes, il est aussi à l’origine de la conservation de spermatozoïdes dans le cadre de la préservation de la fertilité masculine avant traitement du cancer et ce dès 1973. Au fil des années, les CECOS ont développé le don d’ovocytes et d’embryons et les procédures de préservation de la fertilité masculine et féminine. Nous ne pouvons que remercier ce médecin humaniste du XXème siècle d’avoir su dès l’origine créer un réseau pluridisciplinaire, rigoureux tant au niveau du questionnement éthique qu’au niveau scientifique comme en témoigne par exemple le nombre de textes et publications scientifiques et éthiques. La persistance de ce réseau 45 ans après la mise en place du premier CECOS l’étonnait encore récemment mais traduit bien le fait qu’il avait vu juste et qu’il était à l’origine d’une dynamique à laquelle adhéraient les membres des CECOS et les institutions.

Georges David était membre de l’Académie Nationale de Médecine et il participait encore ces dernières années aux travaux de l’Académie et plus particulièrement aux réflexions sur l’infertilité et l’Assistance Médicale à la Procréation de manière générale. Jusqu’au printemps dernier, Il était très attentif à la réflexion éthique en cours dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique avec une justesse dans son jugement sur les évolutions potentielles.

A toutes les étapes de sa carrière professionnelle et de sa vie, Georges David fit preuve de clairvoyance, d’une vision novatrice de la médecine, d’une justesse d’analyse, d’audace, de persévérance et témérité, tout en conservant des qualités essentielles qui le caractérisaient : l’humanité, le respect de l’autre, la solidarité et sa très grande simplicité. Il avait su conserver le sourire, le rire et le regard pétillant et malicieux de la jeunesse.

Nous perdons un grand « Homme », un humaniste et un exemple à suivre pour les générations actuelles et futures.

                              

 

Les membres et présidents actuels et passés

de la Fédération Française des CECOS

 

Siège social

478 Rue de la Découverte
Mini Parc 3
CS 67624 31676 LABEGE Cedex

SIREN 300 089 646
SIRET 300 089 646 00032
Déclaration Activité N° 76 31 09316 31
Code APe 7219Z