La grossesse et l'enfant

Don de gamètes et embryon

Point de vue du médecin

Les grossesses obtenues avec l’aide d’un spermatozoïde ou d’un ovocyte de donneur ou donneuse sont des grossesses comme les autres. Le suivi de la grossesse peut être effectué par le médecin et l’obstétricien choisi par le couple. Les études réalisées chez l’enfant à la naissance n’ont pas montré d’augmentation des anomalies chez les enfants dans le cas du recours à un gamète de donneur (se).

 

Point de vue du psychologue

La grossesse est vécue le plus souvent comme une grossesse précieuse compte tenu de la difficulté du parcours du couple pour l’obtenir. Vivre la grossesse est une situation particulière fonction du parcours antérieur et des histoires personnelles de chacun.

Les psychologues des CECOS restent à la disposition des couples qui souhaiteraient un moment d’échanges.

 

 

            Dire ou ne pas dire le mode de conception

Chaque parent fera le choix de raconter à l’enfant son histoire ou de maintenir son mode de conception secret.

Lors de leur parcours médical, les couples rencontrent des médecins et un psychologue. L’accompagnement psychologique pourra amener le couple à réfléchir sur l’intérêt de raconter ou non à l’enfant son mode de conception. Le psychologue évoquera avec les futurs parents l’intérêt, s’ils s’y sentent déterminés, à faire part assez tôt à l’enfant du mode de sa conception. Ainsi l’enfant intègre alors un fait de son histoire qui, selon l’expérience clinique, ne paraît pas perturbateur mais bien au contraire structurant. Tout enfant a besoin de connaitre son histoire, l’histoire de ses parents. Cependant, l’histoire de l’enfant n’est pas réduite à son mode de conception, qui n’en constitue qu’une partie.

 

            Le secret

La découverte de la stérilité masculine ou féminine entraîne souvent des affects douloureux voire dépressifs chez chacun des deux membres du couple. En ayant recours à l’Aide Médicale à la Procréation (AMP), la relation intime est éclatée. Ce qui ressort habituellement du domaine de la vie privée doit être confié à un ensemble d’intervenants et des protocoles techniques. Cette situation peut devenir une source de souffrance.

L’homme et la femme sont mis à l’épreuve par la découverte de la stérilité : ils sont amenés à faire le deuil de leur fertilité sans que ceci s’accompagne d’un trouble de l’estime de soi, et de leur capacité à devenir parents. Ils seront également amenés à faire le choix d’informer l’enfant ou de maintenir le mode de conception secret.

 

La résolution de ces différents points dépendra en partie de la nature et de la qualité des relations du couple, du lien entre ses deux membres, mais aussi de la famille élargie et de leur entourage. En effet, beaucoup de parents craignent des réactions défavorables de l’entourage. Ils imaginent par ailleurs que si l’enfant prend connaissance de son mode de conception, il puisse mettre en doute le statut de père ou de mère. A l’inverse, quelques-uns s’inquiètent qu’averti par un tiers des conditions de sa procréation, l’enfant se sente surpris, blessé voire trahi par le silence de ses parents.

Certains futurs parents demeurent dans l’incapacité de se confier, soit en relation avec des pressions familiales, soit du fait des craintes d’être agressés ou humiliés par les réflexions de l’entourage ou de n’être plus aimé ni respecté par l’enfant.

Le maintien du secret par le couple et la crainte que l’enfant puisse découvrir son mode de procréation pourraient être source d’une insécurité à assurer la fonction parentale.

 

L’accompagnement  psychologique prend, ici, toute sa place. Il permettrait de mettre en lien les réactions du couple, leur histoire et leur roman familial (imaginaire). C’est un travail d’élaboration autour du vécu et des représentations qui ont émergées à l’occasion de la découverte de la stérilité.

 

Il est nécessaire de prendre du temps pour l’apaisement et la résolution de cette problématique.

 

 

            Comment raconter à l’enfant son histoire

Pour les parents souhaitant raconter à l’enfant son histoire les questions sont nombreuses : quand, comment… ? Les équipes des CECOS sont là pour aider les parents avant la grossesse mais également après la naissance et par la suite lorsque les parents ou les enfants le souhaitent.

 

Quand : le plus tôt sera le mieux.

Comment : Chaque couple s’approprie l’histoire de leurs parcours et celle de la conception selon leur propre vécu. Ils la transmettent avec leurs propres mots. Cependant, il est important de raconter cette histoire avec des mots simples, parler du désir des parents à avoir un enfant, à vivre une grossesse, du choix qu’ils avaient fait pour concrétiser leur désir par le biais de l’aide médicale et grâce au don.

 

Parmi les documents existants, un petit livre intitulé « Mon histoire à moi », pour les tout jeunes enfants, résume le parcours des parents et le mode conception par don.

Ouvrir ou télécharger "Mon Histoire à moi"